[Live Report] – 02/12 – SONATA ARCTICA + EDGE OF PARADISE + TEMPLE BALLS à La Machine du Moulin Rouge – par Jérôme.

L’organisateur, Cartel Concerts pour ne pas le nommer, a la bonne idée de balancer les horaires seulement 2h30 environ avant l’ouverture des portes, résultat on découvre avec surprise que le groupe finlandais de Hard Rock Temple Balls jouera dès 18h50, 20mn après l’ouverture des portes, impossible donc de s’arranger au boulot pour modifier ses horaires et êtres là à temps.

Je ne pourrais donc rien dire sur ce premier groupe que j’avais envie de découvrir puisque on est arrivé juste au moment où il finissait. Ensuite comme je m’y attendais le second groupe de la soirée a été très mauvais.

Déjà le nom du groupe, la pochette de l’album, les photos de la chanteuse, tout ça ne laissait rien de bon présager, mais dès que les gars ont démarré et que la chanteuse est arrivée sur scène c’était réglé, on savait que ce serait pas bon. Ca chante mal, les compos sont inintéressantes, le groupe sur scène est très spécial avec les gars bodybuildés et cette espèce de crevette de chanteuse qui semblait sous drogue euphorisante.

Bon je sais que je suis dur avec ce groupe venu de Los Angeles, signé chez Frontiers Records et qui venait à Paris pour la première fois, mais bon franchement c’est ce genre de groupe qui porte préjudice à tous ces groupes à chanteuses qui se ressemblent trop. C’est peut-être meilleur sur album mais bon là sur scène c’était pas terrible et puis voilà.

Après un long changement de plateau c’était enfin le set de Sonata Arctica. 1999-2019, déjà 20 ans que j’ai découvert le groupe à ses débuts et qu’un certain O.G. signera le groupe en France puis utilisera le titre «Replica» du premier album comme nom pour sa société.

Le temps passe trop vite. Pour être franc cela fait au moins une douzaine d’années que je ne suis plus trop le groupe mais je vais régulièrement le voir en concerts et hier soir j’ai trouvé le concert plutôt bon. Bon on a pas eu le droit au titre «Replica» mais impossible de passer à côté de «FullMoon».

Ce que j’aime avec Sonata Arctica c’est que le groupe possède un style bien à lui que l’on reconnait immédiatement, quasi impossible de se tromper. Alors certes Tony Kakko raconte un peu toujours la même chose sur scène et de la formation originelle outre Tony il ne reste que le batteur, bon le claviériste est tout de même là depuis 2002, mais ça fait du bien de temps en temps de se remettre un peu de Sonata Arctica.

Le groupe en est déjà à 11 albums studio (en comptant le réenregistrement d’«Ecliptica» pour son 15ème anniversaire). La salle n’était pas très garnie hier soir mais Sonata Arctica possède toujours un public fidèle.

En voyant le groupe sur scène je ne pouvais pas m’empêcher de penser à cette période de la fin des 90’s avec le second album d’Angra, le premier album d’Hammerfall, le premier album de Rhapsody, le premier album de Sonata Arctica, les second et troisième albums de Vanden Plas, les sixième, septième, huitième, neuvième albums de Stratovarius, etc…

Toute une époque !

Je ne vais pas mentir j’aurais préféré être au concert de Dweezil Zappa à la Cigale hier soir mais comme c’était archi complet je suis tout de même bien content d’avoir revu Sonata Arctica.

La page de Jérôme.

@Jérôme


How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 3 / 5. Vote count: 3

Get The Vinylestimes APP !

Créer votre programme sur Radio King !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.