05 Octobre 1981 – Saxon sort l’album “Denim And Leather”. La Chronique du Doc.

Le troisième album studio consécutif de Saxon, et finalement le dernier (pour la plupart) à avoir été universellement acclamé, Denim and Leather de 1981 a couronné une période étonnamment prolifique de 18 mois pour la nouvelle vague de stars britanniques du Heavy Metal.

Si seulement Saxon avait réussi à étaler l’incroyable triumvirat de Wheels of Steel, Strong Arm of the Law et Denim and Leather sur une plus longue période, nous pourrions encore parler du groupe aujourd’hui dans les mêmes tons sacrés réservés aux autres stars de la N.W.O.B.H.M., Def Leppard et Iron Maiden.

Mais peut-être que la course au sommet du groupe était simplement destinée à être courte et douce, la déclaration d’ouverture de Denim and Leather, un hymne contagieux, “Princess of the Night” (l’un des plus grands “hits” américains de Saxon et sans doute la seule chanson d’amour jamais écrite pour un train !) et l’ode à la culture heavy metal du morceau-titre (qui met en avant la philosophie métallique de base : “Denim et Leather ; nous ont tous réunis ; c’est vous qui avez libéré l’esprit”).


– Biff Byford (chant)
– Paul Quinn (guitare)
– Graham Oliver (guitare)
– Steve Dawson (basse)
– Pete Gill (batterie)


1. Princess Of The Night
2. Never Surrender
3. Out Of Control
4. Rough And Ready
5. Play It Loud
6. And The Bands Played On
7. Midnight Rider
8. Fire In The Sky
9. Denim And Leather

Pour combler la distance entre ces deux classiques, il y a eu un autre ensemble d’œuvres allant du plus fort au plus spectaculaire, avec des morceaux mémorables comme “Out of Control” et “Rough and Ready” (le fort), ainsi que (voici le spectaculaire) le speed metal workout “Fire in the Sky”, le récit de route des Allman Brother “Midnight Rider”, et le préféré des fans “And the Bands Played On”, qui a utilisé un solo de guitare et non un riff comme thème principal et qui a immortalisé la participation de Saxon au festival des Monsters of Rock de Donington l’année précédente.

Rétrospectivement, ni “Never Surrender” ni “Play It Loud” ne sont à la hauteur du reste, mais ils sont loin d’être des conneries, et ils n’ont guère laissé entendre que l’incroyable parcours de Saxon touchait en fait à sa fin.

L’année suivante sera consacrée à la route, à la capitalisation de cet énorme succès (pour vous donner une idée, le groupe d’ouverture de Saxon en Europe était le tout jeune Blizzard of Ozz d’Ozzy Osbourne, avec Randy Rhoads) et aboutira au document live The Eagle Has Landed de 1982.

Mais c’est pendant la pause bien méritée qui a suivi que l’élan de Saxon s’est essoufflé.

Que ce soit en raison d’un pur épuisement créatif, de l’éviction du batteur fondateur Pete Gill (remplacé par Nigel Glockler, Gill jouera ensuite dans Motörhead) ou d’autres facteurs inconnus, Saxon était sur le point de rencontrer une mer agitée.

Pourtant, pendant au moins un dernier moment glorieux, Denim and Leather a fait de Saxon la nouvelle vague du Heavy Metal britannique à battre.

Stay Tuned

@Doc Olivier


How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 1

No votes so far! Be the first to rate this post.

Get The Vinylestimes APP !