[Chronique] – Alice Cooper – Detroit Stories (2021) by Denis Labbé.

Depuis quelques années, Alice Cooper a décidé de remonter le temps et de courir après ses années perdues, comme s’il désirait retrouver sa vigueur des années 1970.

C’est flagrant depuis The Eyes of Alice Cooper (2003) ou Welcome 2 My Nightmare (2011). Il a également décidé de se faire plaisir, notamment en relançant The Hollywood Vampires.

Avec ce Detroit Stories, il parvient à concilier les deux, en mêlant des compositions que l’on aurait pu retrouver sur Killer (1971) ou Billion Dollar Babies (1973) comme le rock « Go Man Go » ou l’épais « Social Debris », et des reprises de groupes de Detroit qu’il admire : le « Rock’n’Roll » du Velvet Underground, le sautillant « Sister Anne » des excellents MC5, le narratif « East Side Story » de Bob Seger & The Last Heard ou le pop psychédélique « Our Love Will Change The World » d’Outrageous Cherry.

A l’instar de ce qu’il faisait il y a une cinquantaine d’années, Alice Cooper ose tout, sans se soucier des critiques, mêlant des cuivres et des chœurs féminins à ses riffs rock sur « $1000 High Heel Shoes » comme le faisait Mitch Ryder & The Detroit Wheels, flirtant avec le punk rock sur « I Hate You » tout droit sorti d’un croisement entre les Stooges et les MC5, empruntant des chemins gorgés de blues à la Amboy Dukes sur « Drunk And In Love », se prenant pour The Frost sur « Shut Up And Rock », pour mieux se reconstruire avec la fausse ballade « Hanging On By A Thread (Don’t Give Up) ».

On le comprend, Alice Cooper revisite l’ensemble des sons de Detroit, en les assaisonnant à sa sauce. Cela nous donne de vraies pépites, comme l’inquiétant « Wonderful World » ou l’enlevé « Hail Mary » proche du Grand Funk Railroad qui nous prouvent que Vincent Furnier, du haut de ses 73 ans n’a rien perdu de sa motivation et de son talent.

Sa voix est toujours aussi agressive et expressive, comme on peut s’en rendre compte sur « Independence Dave » qui a tout pour devenir un classique en concert ou sur sa reprise du « Detroit City » déjà présente sur The Eyes Of Alice Cooper et qu’il a remaniée, changeant même une partie des paroles.

Gorgé de bons riffs, d’excellentes chansons et produit de main de maître, Detroit Stories a été enregistré par une pléiade de musiciens et d’invités, parmi lesquels on reconnaît des habitués (Michael Bruce, Dennis Dunaway, Bob Ezrin, Neal Smith, Tommy Henriksen…), mais également des pointures comme Mark Farner (du Grand Funk Railroad), Joe Bonamassa ou Tommy Denander.

Au total, il y a près d’une trentaine de musiciens et pourtant cela fonctionne parfaitement. Un grand album qui ramène au premier plan une scène incontournable de la musique rock et prouve qu’Alice Cooper est toujours un artiste génial.

@ Denis Labbé




01. Rock ‘N’ Roll
02. Go Man Go
03. Our Love Will Change The World
04. Social Debris
05. $1000 High Heel Shoes
06. Hail Mary
07. Detroit City 2021
08. Drunk And In Love
09. Independence Dave
10. I Hate You
11. Wonderful World
12. Sister Anne
13. Hanging On By A Thread (Don’t Give Up)
14. Shut Up And Rock
15. East Side Story


Date de sortie : Déjà Disponible
Label : Ear Music




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 6

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !