👉 [Chronique] – Aerosmith – Toys In The Attic (1975) by Denis Labbé.


1. Toys in the Attic
2. Uncle Salty
3. Adam’s Apple
4. Walk This Way
5. Big Ten-Inch Record
6. Sweet Emotion
7. No More No More
8. Round and Round    
9. You See Me Crying

Label: CBD/Columbia

Un an après Get Your Wings, Aerosmith retourne aux studios The Record Plant de New York sous la direction du producteur Jack Douglas qui met en place ce son inimitable déjà entrevu l’année précédent.

Les Américains semblent presser de percer et se lancent dans la mêlée avec un boogie endiablé, le bien nommé « Toys In The Attic » (une araignée au plafond) qui déboule à deux cents à l’heure, avec ce riff percutant et la voix hallucinée de Steven Tyler.

Le coffre à riffs est d’ailleurs garni jusqu’à plus soif de compositions percutantes, telle que la groovy « Walk This Way », teintée de funk, qui se montre irrésistible et va devenir un morceau incontournable.

La reprise par les rappeurs de RUN DMC en 1986 relancera d’ailleurs la carrière des deux groupes.

Aerosmith explore différentes nuances de hard rock, flirtant avec le southern rock sur le country hard « No More No More » que vient épauler un piano inspiré, tout en rendant hommage aux créateurs du rock avec la reprise du « Big Ten-Inch Record » de Fred Weismantel, enregistré en son temps par Bull Moose Jackson.

Cette nouvelle version est tellement bonne que le groupe semble l’avoir écrite et qu’elle est reconnue comme une des meilleures reprises de tous les temps. La présence de cuivres qui viennent épauler les soli de Joe Perry n’est pas étrangère à l’affaire.

Le quintet se montre méchant sur « Adam’s Apple », dont les nuances soul viennent tempérer le riff implacable, tandis qu’il plonge aux limites de la noirceur avec le lourd « Round And Round », carrément heavy, avec des teintes psychédéliques.

Le duo Hamilton / Kramer s’y taille la part du lion en soutenant cet édifice qui évoque parfois Black Sabbath avec ce riff noir et répétitif écrit par Brad Whitford. Plus sautillant, « Uncle Salty » marque un véritable contraste avec le morceau précité, nous donnant envie de secouer la tête en cadence.

Les deux derniers morceaux jouent avec notre sensibilité, tout d’abord grâce à la magie évoquée par le superbe « Sweet Emotion », une véritable perle nourrie de blues, de psychédélisme et de rock, sur laquelle la vox box apporte une ambiance singulière qui contraste avec le riff tourbillonnant en douze mesures issu du boogie blues.

Un des morceaux emblématiques du groupe. Plus éthérée, la fausse ballade « You See Me Crying » nous prouve une nouvelle fois qu’Aerosmith est sans doute l’un des groupes les plus douées pour jouer avec nos sentiments.

Grâce à ses motifs proches de The Who et la voix éraillée de Steven Tyler, elle est capable d’emballer n’importe quel cœur.

Album phare du groupe, Toys In The Attic est aussi celui qui s’est le mieux vendu jusqu’à présent.

Quarante-cinq ans après, il demeure une pierre angulaire du rock et se révèle une mine pour tout amateur du genre.

@Denis Labbé




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 5

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.