👉 [Chronique] – The Cult – Sonic Temple (1989) by Denis Labbé.

5
(5)

1. Sun King
2. Fire Woman
3. American Horse
4. Edie Ciao Baby
5. Sweet Soul Sister
6. Soul Asylum
7. New York City
8. Automatic Blues
9. Soldier Blue
10. Wake Up Time For Freedom
11. Medicine Train

Label: Beggar’s Banquet

Après le succès d’Electric, The Cult pose les bases de Sonic Temple lors de deux sessions d’enregistrement avec le batteur Eric Singer (Kiss) puis avec Chris Taylor (batteur de Bob Rock).

La première démo comporte 14 titres et la seconde 15, autant dire que le groupe possède un matériel suffisant pour entrer en studio en compagnie de Bob Rock. Ces nombreuses chutes et versions vont se retrouver sur The Rare Cult : The Demo Sessions (2002) et sur Sonic Temple : 30th Anniversary Édition (2019), pour le plus grand bonheur des fans.

Désireux de s’offrir un son épais, ancré dans son époque, le groupe a parfaitement choisi son producteur, car Bob Rock leur apporte ce supplément d’âme et de subtilité qui manquait à Electric, bien plus direct. Si les riffs sont toujours aussi épais, ils sont habillés par des arrangements chaleureux comme sur l’excellent « American Horse ».

Plus américaine que le précédent album, la musique de The Cult évoque les déserts et les westerns, avec d’intéressantes touches de southern rock : « Medicine Train », tout en nous assénant des hymnes fédérateurs qui donnent envie de chanter à tue-tête et de taper du pied : le superbe « Fire Woman ».

La voix de Ian Astbury est soigneusement mixée et appuyée par des chœurs pour mieux cadrer avec les standards de l’époque : la magnifique « Sweet Soul Sister » qui renverse tout sur son passage.

Le chanteur sait se montrer enjôleur sur « Edie Ciao Baby » et n’hésite pas à faire de l’œil aux radios et aux chaînes musicales avec l’excellent « Wake Up Time For Freedom » groovy à souhait et teinté de psychédélisme. Il est d’ailleurs étonnant de ne pas avoir choisi ce morceau pour sortir en single.

Les nombreuses influences du groupe apparaissent avec finesse sur cet album bien plus éclectique que les précédents. Le rock un peu gothic de « Soul Asylum » voisine avec le blues rock rythmé de « Soldier Blue » dont les arrangements de guitares de Billy Duffy nous ramènent à l’album Love, tandis que l’énergie est plus proche d’Electric.

Mais le groupe sait aussi lâcher les chevaux à la manière d’Aerosmith sur le fougueux « New York City » ou sur l’éclatant « Sun King » qui ouvre le bal. Il faut dire que The Cult est parfaitement armé pour savoir ce qui fonctionne après la tournée donnée en support de leur précédent album.

Ainsi « Automatic Blues » est une petite bombe hard blues que sait faire swinguer Mickey Curry, leur nouveau batteur, qui ne restera pas longtemps d’ailleurs.

L’album rencontre un certain succès grâce à quatre singles « Fire Woman », « Sun King », « Edie (Ciao Baby) » et « Sweet Soul Sister » qui sortent dans cet ordre. The Cult part en tournée avec Aerosmith sur le Pump Tour durant lequel il sillonne notamment l’Europe.

Malheureusement, Sonic Temple annonce aussi une instabilité dans le groupe qui va éclater à la suite des tensions entre Ian et Billy. Il est le dernier album enregistré avec Jamie Stewart, le bassiste d’origine qui va quitter le navire.

@Denis Labbé




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 5

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !