👉 [Chronique] – Great White – …Twice Shy (1989) by Denis Labbé.



1. Move It
2. Heart The Hunter
3. Hiway Nights
4. The Angel Song
5. Bitches And Other Women (Bitch, It’s Only Rock n’ Roll, Women)
6. Mista Bone
7. Baby’s On Fire
8. House Of Broken Love
9. She Only
10. Once Bitten, Twice Shy
11. Wasted Rock Ranger

Label: Capitol

Après le joli succès d’Once Bitten (1987), Great White sort cette seconde partie de son diptyque en reprenant les mêmes ingrédients : un mélange de riffs issus du hard rock et du blues, soutenant de jolies mélodies subtilement arrangées grâce au travail des musiciens et de Larry Niven leur manager producteur.

Sous une pochette délicieusement suggestive sur laquelle apparaît l’aileron de requin et deux corps féminins allongés sur une soie rouge, Great White pond un album qui sera certifié double platine aux Etats-Unis et qui voit l’arrivée du bassiste Tony Montana.

S’ouvrant sur le groovy « Move It » au riff imparable et au refrain entêtant, …Twice Shy possède d’indéniables qualités qui le démarque de beaucoup de groupes de son époque.

Injustement classé dans le hair metal, quelle appellation péjorative, Great White s’avère être une formation de hard rock comme le prouve le chaud « Heart The Hunter » porté par les guitares de Mark Kendall et Michael Lardie. Dans un genre tout aussi entraînant, le swinguant « Baby’s On Fire » est porté par un riff sautillant qui mène à un refrain aux chœurs savamment dosés.

Une vraie réussite, comme l’est aussi le boogie « Hiway Nights » soutenu par une section rythmique aux petits oignons qui sait se montrer alerte et subtile.

Le quintet explore d’autres pistes, comme la country sur « Wasted Rock Ranger », une reprise de Bradley T. « Porque » Baker, le blues rock avec « Bitches And Other Women (Bitch, It’s Only Rock n’Roll, Women) » ou la ballade blues avec la superbe « House Of Broken Love » qui sortira en quatrième single et rencontrera un joli succès.

La voix de Jack Russell n’est certainement pas étrangère à cette réussite, tant elle sait se montrer enjôleuse sur l’acoustique « She Only » ou la ballade « The Angel Song ». Son grain de voix, unique, donne un réel relief à la musique du groupe.

Quant au magnifique « Mista Bone », construit autour de la basse de Tony Montana, il permet de prouver aux sceptiques que Great White puise ses influences au cœur du blues pour nous livrer un hard blues lent en douze mesures qui donne envie de taper du pied.

Pourtant, c’est « Once Bitten, Twice Shy », la reprise de Ian Hunter qui propulse le groupe vers les sommets puisqu’elle accède au top 5 du Bilboard. Totalement adaptée au son et au style de Great White, elle s’intègre parfaitement aux autres morceaux.

…Twice Shy marque l’apogée de Great White qui ne retrouvera jamais ce succès. Une version allemande est sortie accompagnée d’un CD bonus Live At The Marquee composé de huit titres.

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 7

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !