👉 [Chronique] – Anvil – Forged in Fire (1983) by Denis Labbé.



1. Forged in Fire
2. Shadow Zone
3. Free As The Wind
4. Never Deceive Me
5. Butter-Bust Jerky
6. Future Wars
7. Hard Times-Fast Ladies
8. Make It Up to You
9. Motormount
10. Winged Assassins

Label: Attic

Troisième album des Canadien, Forged In Fire est certainement le plus apprécié des fans et celui qui a fait connaître le groupe à travers le monde. Produit par Chris Tsangarides (producteur de Girl, Tygers Of Pan Tang, Thin Lizzy, Y & T…) qui avait déjà travaillé sur Metal On Metal (1982), il possède un son énorme pour l’époque, ce qui permet au heavy metal du groupe de développer toute sa puissance et de devenir l’un des bons outsider du genre.

S’ouvrant sur le pesant et lent « Forged in Fire », cet album surprend l’auditeur par son énergie et ses riffs cinglants, que soutient une section rythmique efficace composé du bassiste Ian Dickson et du batteur Robb Reiner, à la frappe très sèche.

La musique est sans concessions, abordant des thèmes classiques comme la musique, la guerre et le sexe. Lips choque à l’époque en se servant d’un vibromasseur en concert sur certains soli.

Lorsque le groupe doit lâcher les chevaux, la déferlante est terrible et renverse tout sur son passage. Le speed « Butter-Bust Jerky » ressemble à un pilonnage en règle porté à bout de baguettes par Robb Reiner, pendant que « Motormount » voit Steve « Lips » Kudlow s’arracher les cordes vocales et martyriser sa Flying V sur l’un des morceaux les plus violents du genre. Avec « Winged Assassins », la musique lorgne même sur le thrash pour un titre dénonçant la guerre.

Anvil est vrai groupe de heavy metal qui ne se dissimule pas derrière des masques, assumant son attachement au fandom pour mieux délivrer des riffs tourbillonnants comme sur le déjanté « Shadow Zone ». Seule l’efficacité régit chaque titre, conduisant l’auditeur à reprendre ses hymnes à gorges déployées : « Hard Times-Fast Ladies » ou à secouer la tête en cadence sur les cavalcades de « Free As The Wind » qui sont caractéristiques du groupe.

L’album n’oublie pourtant pas les mélodies, comme on peut le constater sur « Never Deceive Me », chanté par Dave Allison, qui lorgne sur la New Wave Of British Heavy Metal ou le single « Make It Up to You » aux influences issues des années 1970. Si ces deux morceaux semblent presque anachroniques au milieu de la débauche de riffs des huit autres titres, ils font néanmoins partie de l’ADN d’Anvil.

Par moments, l’ombre d’Iron Maiden plane même au-dessus d’un morceau comme « Future Wars », rattachant Anvil à la scène britannique plutôt qu’aux courants américains.

Devenu un classique du heavy metal, Forged in Fire est la plus belle carte de visite d’un groupe culte. Son succès critique va d’ailleurs amener Anvil à signer chez Metal Blade pour l’album suivant.  

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 6

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !