👉 [Chronique] – The Treatment – Waiting For Good Luck (2021) by Denis Labbé.


 
1.    Rat Race
2.    Take It Or Leave It
3.    Lightning In A Bottle
4.    Vampress
5.    Eyes On You
6.    No Way Home
7.    Devil In The Detail
8.    Tough Kid
9.    Hold Fire
10.    Barman
11.    Let’s Make Money
12.    Wrong Way       

Label: Frontiers

Ce cinquième album des Anglais de The Treatment est le deuxième sur lequel apparaît le chanteur Tom Rampton et le premier avec le bassiste Andy Milburn.

Si la musique du groupe semble ne pas foncièrement changé, elle a néanmoins évolué. En effet, elle s’est améliorée pour s’appuyer sur ses points forts en y ajoutant de nouvelles touches mélodiques qu’on ne lui connaissait pas.

Le groupe œuvre toujours dans un hard rock carré, classique, dominé par de gros riffs bien chauds et des refrains fédérateurs, mais ce sont de nouveaux arrangements et une subtile inventivité qui font de cet album une réussite totale. Les influences australiennes sont toujours présentes, mais elles sont tempérées par des apports étonnants.

Dès qu’on lance « Rat Race », on se rend compte que les couplets puisent chez AC/DC, tandis que les refrains lorgnent étrangement vers Def Leppard. Ce mélange n’est pas désagréable du tout et on se laisse volontiers entraîner dans cette fête jouissive pour les oreilles. Comme le disent si bien les paroles : « il n’y a pas d’échappatoire » et cela va durer jusqu’au très bon « Wrong Way » qui clôt l’album et nous donne envie de le relancer.

Waiting For Good Luck se développe dans cette mouvance AC/DC ou The Angels, avec un savant mélange de rythmes entraînants : le sautillant « Vampress » capable de soulever des stades, le groovy « Hold Fire » qui donne envie de secouer la tête, même à quelqu’un de mon âge, et de refrains destinés à faire chanter les fans à tue-tête : « Take It Or Leave It » aux petits airs de Krokus ou le mélodique « Devil In The Detail » qui ferait un magnifique single. Si le diable est dans les détails, The Treatment n’a pas lésiné sur les moyens pour ce titre, tant son refrain est entêtant et ses arrangements subtils.

Mieux, le groupe est capable de raffinements dont d’autres formations du même genre et de la même génération sont incapables (non, je ne nommerai pas ce groupe australien qui joue à la manière de…), comme le prouve « Let’s Make Money » dont l’apparente simplicité dissimule de vraies trouvailles mélodiques.

Afin de varier les ambiances, The Treament nous assène des mid tempi épais, racés, qui font mouche, comme le subtil « Eyes On You », n’hésitant pas à rappeler des motifs de boogie-rock, avec le douze mesures « No Way Home » qui donne une pêche d’enfer.

D’ailleurs, si vous avez le blues, il suffit de repasser cet excellent titre en boucle pour retrouver la joie de vivre. Le solo de guitare et la voix de Tom sont tellement jouissifs que ce simple titre aurait valu l’achat de cet album. Et pourtant, il en faut beaucoup pour m’enthousiasmer.

Ce qui est agréable avec ces Anglais, c’est qu’ils connaissent leurs classiques par cœur, et osent reprendre la musique là où AC/DC a abandonné le combat, notamment en ajoutant du piano à leur delta blues sur l’éclatant « Barman », en injectant à son blues des mélodies nostalgiques « Lightning » ou en renouant avec le british blues sur l’habile et insidieux « Tough Kid » qui reste longtemps dans la tête.

Avec ces trois titres, le quintet se place en tête de peloton du hard rock contemporain, lui redonnant ses lettres de noblesse.

Waiting For Good Luck est un monstre de puissance, de groove, de mélodie et d’enthousiasme, un parfait remède à cette crise qui tarde à s’arrêter. Alors que les quatre albums précédents allaient du très bon à l’excellent, celui-ci les dépasse de la tête et des épaules pour s’installer comme une référence de la nouvelle scène hard rock !

Pour tout dire, si je mettais des notes, ce serait un 19/20 à cause d’une pochette qui n’est pas à la hauteur du contenu.

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 6

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !