👉 [Chronique] – Saxon – Crusader (1984) by Denis Labbé.



1. The Crusader Prelude
2. Crusader
3. A Little Bit of What You Fancy
4. Sailing to America
6. Set Me Free
5. Just Let Me Rock
6. Bad Boys (Like to Rock’n’Roll)
7. Do It All for You
8. Rock City
9. Run for Your Lives

Label: Carrere

Sixième album du groupe, Crusader marque un infléchissement du heavy metal qui a fait connaître Saxon vers le hard rock.

A l’instar d’autres groupes de l’époque, Saxon cherche à attirer l’attention du grand public.

Les riffs se font plus calmes, parfois simplement plaqués, et surtout moins acérés et les mélodies vocales plus enjôleuses. Pour atteindre son but, le groupe s’est envolé pour la Californie et les Sound City Studios de Los Angeles, afin de travailler sous la houlette de Kevin Beamish qui a produit REO Speedwagon et Jefferson Staship.

Le son que leur concocte le producteur est d’ailleurs très chaud, très américain, et les chansons subissent un habillage calibré. On est parfois plus proche de Krokus que de la New Wave Of British Heavy Metal comme sur le boogie « A Little Bit of What You Fancy » et le rock « Bad Boys (Like to Rock’n’Roll) ».

L’ensemble fait plutôt penser à Kick Axe qu’au metal anglais comme sur « Rock City ». S’il n’y avait pas la voix de Biff Byford, on ne reconnaîtrait pas Saxon.

Même les thèmes abordés par le groupe quittent la critique sociale ou les émanations de pots d’échappement de moto pour devenir aseptisés et quasiment caricaturaux.

On a en effet trois morceaux évoquant le rock : « Just Let Me Rock » qui sort en single, « Bad Boys (Like to Rock’n’Roll) » et « Rock City », on est loin de Strong Arm Of The Law et Wheels Of Steel.

Saxon explore le hard FM avec « Sailing To America », dont les riffs sirupeux lorgnent du côté de REO Speedwagon. Il en va de même pour la ballade « Do It All for You » aux chœurs purement AOR qui est calibré pour les radios.

Ne nous étonnons pas de trouver Kevin Beamish crédité sur ce titre tant il est différent de tout ce que le groupe a pu écrire jusqu’alors. Avec son chant de supporters de foot « Run for Your Lives » se fait carrément racoleur.

Même le morceau titre est épuré. Le refrain entêtant souligne un tempo lent qui s’étend sur plus de 6 minutes et permet de poser de nouvelles bases. La maison de disque nous livre un dessin de chevaliers croisés pour conduire l’auditeur vers une imagerie que l’on ne retrouve pas sur le reste de l’album.

A l’opposé, Saxon reprend le « Set Me Free » de The Sweet, un morceau glam rock, à peine épaissi par les guitares d’Oliver et Quinn.

S’il divise la critique, cet album fait néanmoins mouche puisqu’il atteint le haut des charts dans de nombreux pays.

La version remasterisée de 2009 propose neuf morceaux en version démo, dont les inédits « Bordeline » et « Helter Skelter », assez rapides, qui ne cadrent pas avec le reste des compositions, même s’ils sont aussi hard rock que les autres morceaux.

La version démo de « Do It All for You » nous fait comprendre tout le travail réalisé par Kevin Beamish.

Il en va de même pour « A Little Bit of What You Fancy » qui sonne comme un vieux titre de boogie rock.

Tous les morceaux sont d’ailleurs plus ou moins profondément remaniés. C’est flagrant pour « Sailing to America », « Run for Your Lives » et « Set Me Free ». De l’importance et l’influence d’un producteur !

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 6

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !