👉 [Chronique] – Accept – Russian Roulette (1986) by Denis Labbé.



1. T.V. War
2. Monsterman
3. Russian Roulette
4. It’s Hard to Find a Way
5. Aiming High
6. Heaven Is Hell
7. Another Second to Be
8. Walking in the Shadow
9. Man Enough to Cry
10. Stand Tight

Label: Portrait

Après Metal Heart (1985) qui avait pris un virage plus mélodique que Balls To The Wall et avait introduit des éléments néoclassiques dans le heavy metal du groupe, Accept propose une musique plus agressive, sans pour autant revenir en arrière.

Ce savant dosage entre puissance et sophistication fait sans doute de Russian Roulette l’album le plus équilibré du groupe, même si ce n’est pas l’opinion de tout le monde, et notamment pas du chanteur Udo Dirkschneider, dont les rapports avec Wolf Hoffmann commençaient à se tendre.

Voulant rectifier le tir de Metal Heart, alors que ce n’était sans doute pas nécessaire, le groupe passe de longs moments dans les Dierks Studios, mais sans le producteur Dieter Dierks dont le son sur le précédent album n’a pas été jugé suffisamment épais.

Livré à eux-mêmes, les musiciens utilisent des recettes qui ont fait leur succès. Ainsi, le carré « Another Second to Be » renvoie à l’époque Balls To The Wall avec son riff épais et ses chœurs martiaux. Il en va de même pour l’énorme « Monsterman » dont le rythme binaire de la batterie et le travail sur les voix emportent l’adhésion en donnant envie de secouer la tête et de hurler à tue-tête.

Plus nuancé, mais clairement dans la même veine que l’album cité ci-dessus, « Walking in the Shadow » est un titre dominé par des guitares alternant riffs plaqués et riffs accompagnant les mélodies vocales.

Le refrain, supporté par des chœurs masculins graves, est typique de la musique du groupe, comme la dénonciation de la guerre. Abordant le même thème, mais d’une manière différente, « Russian Roulette » est assurément l’une des réussites de cet album, avec sa maîtrise des intensités, son riff entêtant et son refrain fédérateur soutenu par des chœurs énormes.

Ce savant mélange entre puissance et mélodie est également sensible sur le subtil « Heaven Is Hell » qui dénonce la religion et sur lequel Udo cherche à mettre de l’ironie et de la nuance dans son chant, tranchant avec les chœurs épais.

On sent le groupe à son acmé, ce que confirme les brûlots que sont le speed « T.V. War » qui allie la méchanceté d’un « Fast As A Shark » à la finesse d’un « Metal Heart ». Le riff est implacable, la batterie de Stefan Kaufmann élève un mur en béton armé, tandis que la voix déchire tout.

Accept parvient même à insuffler un peu de New Wave Of British Heavy Metal dans le riff du rapide « Aiming High », tout en conservant son identité avec ses refrains chantés à plusieurs voix et son solo inspiré.

Accept se renouvelle, en proposant un mĂ©lange entre southern rock et heavy metal sur « Man Enough to Cry » dont le riff sautillant entraĂ®ne l’auditeur dans la danse, tandis que le mĂ©lodique « It’s Hard to Find a Way » tend un pont vers le hard rock Ă  tendances FM, en parvenant Ă  arracher une larme aux plus sensibles, grâce Ă  des paroles Ă©voquant les difficultĂ©s relationnelles d’un couple.

N’annoncent-elles pas celles du groupe lui-même ?

L’album se termine sur le martial « Stand Tight » et ses bruits de bottes, profondément antimilitariste, qui dénonce le service militaire et la bêtise des sous-officiers.

A l’image de la pochette, pourtant explicite, la plupart des textes du groupe sont incompris et rejetés aussi bien à l’ouest qu’à l’est, chacun pensant qu’Accept fait la propagande de l’autre…

Trente-cinq ans après, cet album demeure une pierre angulaire de la discographie du groupe, qui ne parviendra jamais à faire mieux.

Udo quitte le groupe en 1987 pour laisser la place à David Reece, et ne reviendra qu’en 1992. Après une aussi belle progression, autant artistique que critique, et une jolie réussite commerciale, on comprend mal les dérives du groupe qui vont les conduire à se couper de leurs fans.

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 8

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !