👉 [Chronique] – Electric Boys – Ups!de Down (2021) by Denis Labbé.

5
(12)

1. Upside Down Theme
2. Super God
3. Tumblin’ Dominoes
4. Never Again Your Slave
5. She Never Turns Around
6. Globestrutter
7. The Dudes & The Dancers
8. Twang ‘em & Kerrang ‘em
9. It’s Not The End
10. Interstellafella

 
Label : Mighty Music
 

Après l’excellent The Ghost Ward Diaries sorti en 2018, Electric Boys a vu le remplacement du guitariste Franco Santunione par Martin Thomander.

Est-ce ce départ qui a conduit à un léger infléchissement de la musique du groupe vers le pop rock des années 1970 ?

Ces influences étaient, bien entendu, déjà présentes, mais elles apparaissent avec davantage d’ampleur sur ces nouvelles chansons, comme on peut s’en rendre compte sur « Tumblin’ Dominoes » qui évoque David Bowie et Neil Young, tandis que « The Dudes & The Dancers » s’abreuve au rock de Mott The Hoople ou Heavy Metal Kds.

Les titres plus enjoués sont également de la partie, à commencer par le proto punk « Twang ‘em & Kerrang ‘em » qui évoque les MC5 ou The Stooges, « Globestrutter » qui puise aux mêmes sources que Hanoï Rocks (dont font partie Conny Bloom et Andy Christell) ou « Super God » un hard psychédélique aux intonations funk qui se rapproche des premiers Cheap Trick. L’ensemble est donc varié, mélodique, et résolument ancré dans le passé.

Les riffs sont souvent épais, comme sur l’instrumental « Upside Down Theme », aux nombreux changements rythmes ou sur l’excellent « Never Again Your Slave » qui apparaît comme un croisement entre Jimi Hendrix et Red Hot Chili Peppers.

Ce mélange de hard rock, de blues-rock et de funk est jouissif.

Avec « Interstellafella », Electric Boys booste son rock avec des touches soul pour mieux nous cueillir grâce à un refrain percutant et des arrangements psychédéliques à la manière de The Angels sous acide.

L’album nous propose également deux plages plus paisibles avec « She Never Turns Around » abreuvée aux disques des Beatles et le blues « It’s Not The End » dont David Bowie n’aurait pas renié les arrangements.

Comme le reste de l’album, ces deux chansons mélancoliques reflètent parfaitement l’époque actuelle, avec son mélange de nostalgie et de révolte.

Moins immédiat que le précédent album, Ups!de Down est sans doute plus riche, mais également moins cohérent, même s’il n’en demeure pas moins bon.

Il va demander davantage d’écoutes de la part des amateurs de hard rock pour se l’approprier

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 12

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !