👉 [Chronique] – Heaven & Hell – The Devil You Know (2009) by Denis Labbé.



– Ronnie James Dio (chant)
– Tony Iommi (guitare)
– Geezer Butler (basse)
– Vinny Appice (batterie)

1. Atom & Evil
2. Fear
3. Bible Black
4. Double The Pain
5. Rock & Roll Angel
6. The Turn Of The Screw
7. Eating The Cannibals
8. Follow The Tears
9. Neverwhere
10. Breaking Into Heaven

 
Label : Roadrunner
 

The Devil You Know est l’unique album studio du groupe Heaven & Hell, composé de Ronnie James Dio, Tony Iommi, Geezer Butler et Vinny Appice, c’est-à-dire, la même formation ayant enregistré Mob Rules (1981) et Dehumanizer (1992) sous le nom de Black Sabbath.

Montée afin de promouvoir l’album The Dio Years (2007), cette formation va durer jusqu’à la mort de Ronnie James Dio en 2010, et capter deux concerts en plus de cet album studio.

S’inscrivant entre les deux albums précités, The Devil You Know bénéficie d’une production épaisse, due au groupe lui-même et à l’ingénieur du son Mike Exeter, déjà présent sur The Dio Years et deux albums de Tony Iommi.

Cela colore l’ensemble de nuances doom metal : « Breaking Into Heaven », tout en renvoyant aux premiers albums de Black Sabbath notamment sur le pesant « Atom and Evil », l’écrasant « Rock and Roll Angel » aux riffs heavy ou l’angoissant « Follow the Tears » sur lequel Dio nous prouve qu’il n’a rien perdu de sa puissance vocale.

Quelques morceaux permettent de faire décoller la machine, grâce à des accélérations bien senties, comme le groovy « Neverwhere » au riff tourbillonnant qui s’inscrit comme l’un des meilleurs morceaux de cet album ou encore l’excellent « Double the Pain », à la fois inquiétant et entraînant.

Toujours au top, Tony Iommi n’a rien à envier aux jeunes guitaristes de la scène metal, aussi bien dans la construction des morceaux que dans ses soli. Quant à la section rythmique, elle s’avère implacable, notamment sur le remuant « Eating the Cannibals », qui mêle mélodies sulfureuses et riffs acérés.

Heaven & Hell se montre efficace dans tous les domaines, avançant tel un tank au milieu du champ de bataille pour nous montrer toute sa puissance.

Avec ce quatuor, cela se fait de manière insidieuse, comme sur « Fear » ou au grand jour avec le plus mélodique « The Turn of the Screw » dont le refrain, minimaliste, est supporté par un riff cisaillant.

Pour cet unique album, le groupe Heaven & Hell parvient à faire revenir à nous les souvenirs de l’époque de l’album Heaven and Hell, notamment sur « Bible Black » dont les mélodies vocales en sont un évident clin d’œil.

A noter que la version japonaise inclut les trois inédits de la compilations The Dio Years, à savoir le lent « The Devil Cried », le pesant « Shadow of The Wind » et le furieux « Ear In The Wall ».

S’il n’arrive pas à la hauteur d’un Mob Rules, The Devil You Know est plus cohérent que Dehumanizer et permet finalement à Ronnie James Dio de nous quitter au faite de sa gloire.

@Denis Labbé



How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 12

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !