👉 [Chronique] – Saxon – The Eagle Has Landed (1982) by Denis Labbé.


1. Motorcycle Man
2. 747 (Strangers of the Night)
3. Princess of the Night
4. Strong Arm of the Law         
5. Heavy Metal Thunder
6. 20 000 FT     
7. Wheels of Steel
8. Never Surrender
9. Fire in the Sky
10. Machine Gun

 
Label: Carrere
 

Enregistré durant la tournée Denim & Leather, The Eagle Has Landed propose sur un simple album dix titres extraits des trois derniers albums en date du groupe avec un équilibre presque parfait : quatre morceaux pour Wheels of Steel, trois pour Strong Arm of the Law et pour Denim and Leather.

Le son est clair, dynamique et permet pour la première fois d’entendre le batteur Nigel Glockler qui a remplacé Pete Gill en 1981 après une blessure à la main.

L’album démarre sur les chapeaux de roue avec l’excellent « Motorcycle Man » dont le rythme rapide emporte le public omniprésent dès le départ. Les guitares sont incisives, le chant de Biff au sommet et l’ensemble ne souffre d’aucune fausse note.

Si le rythme se ralentit sur la bombe « 747 (Strangers of the Night) », il n’en va pas de même pour l’intensité, tant ce titre possède déjà tous les atouts d’un classique.

L’enchaînement avec « Princess of the Night » du dernier album studio est idéal, tant ce nouveau titre s’inscrit dans les meilleures compositions du groupe. Les fans ne s’y trompent pas puisqu’ils tapent dans les mains lors des couplets.

Si ce morceau passe parfaitement l’examen scénique, il n’en va pas de même avec les deux autres extraits de Denim & Leather présents sur la seconde face. « Never Surrender » semble anecdotique, placé juste après l’ouragan « Wheels of Steel » étendu sur plus de 8 minutes et dont le riff reste éternellement en tête.

Biff Byford profite de cet enthousiasme pour faire chanter le public, aidé en cela par la section rythmique. Le constat est quasiment identique pour « Fire in the Sky » au riff groovy, qui relève le niveau après « Never Surrender », mais qui se fait laminer par « Machine Gun » qui vient clore cet album dans une version remaniée, plus rapide quasiment épileptique.

Reste le cœur de l’album, avec un triptyque imparable : le sautillant « Strong Arm of the Law » qui nous cueille dès ses premières notes pour ne plus nous lâcher, le furieux « Heavy Metal Thunder » qui porte d’autant mieux son titre en concert et l’extraordinaire « 20 000 FT » boosté aux amphétamines, tous trois issus de Strong Arm of the Law, l’album le plus abouti de Saxon à mon humble avis.

Les spectateurs ne s’y trompent pas comme cela peut s’entendre en arrière-plan.

Sorti en simple album, The Eagle Has Landed est essentiel, mais souffre de sa trop courte longueur et de la présence de deux morceaux dispensables.

En 2006, une version remasterisée sort en CD avec six morceaux en bonus enregistrés à l’Hammersmith Odeon : le sympathique « And the Bands Played On » qui, à mon avis, aurait dû remplacer « Never Surrender », « See the Light Shining », « Frozen Rainbow » qui ne s’inscrit déjà plus dans le son du groupe, un « Midnight Rider » bien meilleur que « Fire in the Sky », l’indispensable « Dallas 1PM » (mais quel abruti du label a pu refuser de mettre ce titre sur la version de 1982 ?) et le devenu rare « Hungry Years ».

Vous savez ce qu’il vous reste à faire si, étrangement, vous ne possédez pas la version étendue dans votre discothèque.

@Denis Labbé




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 19

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !