👉 [Chronique] – Baron Rojo – Metalmorfosis (1983) by Denis Labbé.

5
(16)

1. Casi me mato
2. Rokero indomable
3. Tierra de Vandalos
4. ¿Que puedo hacer?
5. Siempre estàs alli
6. Hiroshima
7. El malo
8. Diosa razon
9. Se escapa el tiempo

 
Label: Chapa Discos 

Après la réussite artistique et commerciale de Volumen Brutal, Baron Rojo revient l’année suivante avec Metalmorfosis, un album un peu moins léché, mais tout aussi puissant, mélodique et entraînant que son prédécesseur.

Le groupe est tellement gonflé à bloc qu’il enregistre deux morceaux supplémentaires, « Invulnerable » et « Herencia letal » qui seront offerts sur un 45t dans les premiers exemplaires vendus. La pochette, qui représente pour la première le baron rouge, est aussi agressive et soignée que le contenu de l’album.

L’album, allie, comme à son habitude, le metal au hard rock. Ainsi, on passe de l’hymne « Casi me mato », au refrain fédérateur, au brûlot rapide « Tierra de Vandalos », dont le riff blues-rock évoque le southern rock, tandis que les distorsions nous ramènent au hard rock à la Montrose.

On retrouve cette même inspiration sur le groovy « Diosa razon », tandis que le heavy mélodique « ¿Que puedo hacer? » sort son épingle du jeu grâce à un riff alerte et un refrain original.

Le quatuor se montre en forme sur le carré « Rokero indomable », un tempo lent qui alterne riffs plaqués et riffs bourrés de groove, et se présente comme un hymne destiné à faire chanter le public. Autre tempo lent, le blues-rock « Hiroshima » qui permet au groupe de développer ses revendications antimilitaristes en s’appuyant sur un refrain poignant et des duels de guitares lumineux.

Ce titre sera souvent repris en concert, on comprend pourquoi.

Le reste de l’album est plus mélodique, avec la ballade « Siempre estàs alli » qui permet aux Espagnols de nous prouver qu’ils savent aussi toucher les fans au cœur.

On retrouve cette finesse, sur le presque FM « El Malo » qui explore des sentes nouvelles pour le groupe. Le refrain et les guitares se font enjôleurs, tandis que le rythme groovy permet d’emporter tous les suffrages.

L’album se termine sur « Se escapa el tiempo », une composition plus complexe, qui mêle hard rock et heavy mélodique, pour un rendu étonnant. Les riffs et les changements de rythmes sont nombreux et montrent un groupe qui sort de sa zone de confort.

Quant aux deux titres bonus, « Invulnerable » est un hymne metal, construit sur un mid tempo en douze mesures, sorte de boogie lent aux percussions entraînantes, alors que « Herencia letal » est un heavy metal furieux qui déboule à toute vitesse pour déboucher sur un refrain plus lent.

Ces deux titres auraient très bien pu remplacer deux des morceaux les plus mélodiques présents sur le vinyle.

Metalmorfosis permet à Baron Rojo d’assurer sa place de leader de la scène espagnole, sans réussir le carton de son album précédent.

@Denis Labbé




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 16

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !