👉 [Chronique] – Impellitteri – Screaming Symphony (1996) by Denis Labbé.


1. Father Forgive Them
2. I’ll Be With You
3. Walk Away
4. Kingdom Of Light
5. Countdown To The Revolution
6. 17th Century Chicken Pickin
7. Rat Race
8. For Your Love
9. You Are The Fire
 
James Amelio Pulli : Basse 
Chris Impellitteri : Guitares 
Rob Rock : Chant 
Ken Mary : Batterie 
Ed Roth : Claviers 

 
Label: Victor / Music For Nations

Petit à petit, Impellitteri construit sa carrière en livrant avec régularité des albums de bonne qualité qui explorent aussi bien le hard rock que le heavy metal, nous offrant notre dose de riffs et de mélodies.

Ce nouvel album ne déroge pas à la règle. Bien produit, bien écrit, superbement interprété, il contient neuf titres ciselés avec soin et sur lesquels chaque musicien joue avec un indéniable talent. Mention spéciale à Ken Mary qui soutient l’édifice, mais aussi à Rob Rock qui s’adapte à chaque style, en y apportant sa patte personnelle.

Ainsi, dès « Father Forgive Them », les mélodies vocales propulsent ce titre heavy rock sur le devant de la scène avec un réel enthousiasme.

On découvre ainsi le retour d’un claviériste qui colore chaque chanson de manière subtile, comme c’est le cas sur le hard rock « For Your Love » qui s’inscrit quelque part entre TNT et Rainbow.

Le groupe s’essaie même à l’hymne destiné à être chanté en concert avec le mid-tempo « Countdown To The Revolution » au refrain un peu systématique que rattrape un riff gorgé de groove.  

Si les mélodies sont de mise, la puissance n’est pas oubliée. A la manière de Dio, Impellitteri nourrit son metal de sonorités chaudes, comme sur le puissant « Rat Race », l’un des meilleurs titres de cet album, ou l’étonnant « Walk Away » au pré-chorus original et au refrain entêtant.

Avec cet album, le groupe parvient à assembler des riffs épais et des mélodies vocales plus typiques du hard rock, ce qui peut surprendre au premier abord, mais fonctionne particulièrement bien, comme sur les rapides « Kingdom Of Light » et « You Are The Fire » qui permettent à Chris de faire l’étalage de sa technique et de sa vitesse d’exécution.

Comme souvent, nous avons également droit à un instrumental néo-classique. « 17th Century Chicken Pickin » ne cache pas ses influences baroques, ce qui n’étonnera personne.

Au final, Impellitteri ne déçoit pas, même si l’album est assez court, il ne nous laisse aucun temps mort.

@Denis Labbé




How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 17

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !