👉 [Chronique] – Suzi Quatro – The Devil in Me (2021) by Denis Labbé.

5
(18)


1. The Devil In Me       
2. Hey Queenie
3. Betty Who? 
4. You Can‘t Dream It   
5. My Heart And Soul   
6. Get Outta Jail          
7. Do Ya Dance
8. Isolation Blues         
9. I Sold My Soul Today
10. Love‘s Gone Bad    
11. In The Dark
12. Motor City Riders   
13. Can I Be Your Girl   
14. Desperado

 
Label: SPV

Si certains ont perdu la trace de Suzi Quatro, qui avait ébloui les années 1970 et 1980 avec son glam rock, et notamment son 45 tours « Can the Can » sorti en 1973, la chanteuse n’avait pas arrêté sa carrière.

Mieux, The Devil in Me sort deux ans après No Control, et c’est déjà son cinquième album studio des années 2000. Que peut-on attendre d’un tel album ? Eh bien, une vraie réussite.

Jouant avec des motifs qu’elle maîtrise, Suzi Quatro nous livre quelques petites friandises glam rock, à commencer par « The Devil in Me » qui ouvre le bal et qui égale ce qu’elle a fait de mieux dans sa carrière.

« Hey Queenie » est aussi une petite bombe glam qui emporte l’adhésion et qui prouve qu’elle n’a rien perdu de sa voix puissante. « Motor City Riders » nous donne même l’impression de retourner aux années 1970 grâce à son refrain enjoué typique du glam et ses motifs boogie rock.

Le reste de l’album plonge dans un rock chaud et endiablé, comme le montrent le superbe « You Can‘t Dream It » au refrain entraînant, le groovy « Get Outta Jail » au piano et à l’harmonica épileptiques ou l’entêtant « I Sold My Soul Today » au riff répétitif et à l’orgue omniprésent. Suzi y prouve qu’elle possède une énergie communicative et que son talent ne s’est pas éteint.

Elle colore également son rock de soul sur le sautillant « Betty Who » sur lequel on retrouve Cherrie Currie, l’ancienne chanteuse des Runaways, pour un duo de grande classe.

Cette soul se retrouve plus langoureuse sur la ballade « My Heart And Soul » soutenu par un piano et des percussions et sur « Love‘s Gone Bad » qui voit un saxophone faire quelques interventions pour colorer un slow subtil.

Ce mélange des genres est savoureux sur le funk rock « Do Ya Dance » qui donne envie de taper du pied, grâce à son rythme enjoué éclairé par des sonorités de cuivres.

Suzi Quatro explore toutes les racines du rock, revenant au blues sur le poignant « Isolation Blues », épurant même sa musique pour ne laisser qu’un simple piano accompagner sa voix sur « Can I Be Your Girl » et « Desperado », proposés en bonus.

The Devil in Me apparaît comme une excellente surprise, à la fois varié et bourré d’enthousiasme.

@Denis Labbé





How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 18

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !