👉 [Chronique] – Budgie – Never Turn Your Back on a Friend (1973) by Denis Labbé.



1. Breadfan
2. Baby Please Don’t Go
3. You Know I’ll Always Love You
4. You’re The Biggest Thing Since Powdered Milk
5. In The Grip Of A Tyrefitter’s Hand
6. Riding My Nightmare
7. Parents

Label: MCA
 

Troisième album de Budgie, une nouvelle fois enregistré aux Studios Rockfield de Monmouth (Pays-de-Galles), Never Turn Your Back on a Friend frappe immédiatement par sa somptueuse pochette signée Roger Dean (Yes, Uriah Heep, Atomic Rooster, Gentle Giant…).

Il crée le logo Budgie pour cette occasion. Produit par le trio, cet opus propose un hard rock teinté de metal, qui puise aux sources du genre tout en posant les bases de ce qui va devenir le classic rock.

La première face démarre sur les chapeaux de roue avec le furieux « Bredfan », au riff entêtant, qui s’invite sur le terrain de Black Sabbath, pour ensuite dériver sur un hard rock groovy, proposer un passage planant et repartir de plus belle.

La voix de Burke Shelley transperce les enceintes, tandis que sa basse vrombit en accompagnant la guitare de Tony Bourge.

Pour repondre à ce titre, les Gallois reprennent le « Baby Please Don’t Go » de Big Joe Williams, un standard du blues auquel ils insufflent une puissance et une urgence qu’on ne lui connaissait pas et qu’ils étirent sur 5 mn 30 grâce à une superbe cohésion de la section rythmique.

Ces influences venues du blues se retrouvent sur le lourd « In The Grip Of A Tyrefitter’s Hand », au riff lancinant, qui ne laisse aucun moment de répit à l’auditeur.

A ces motifs bluesy, Budgie ajoute des éléments issus du metal, pour poser les bases de ce qui sera le metal progressif, comme c’est le cas pour plusieurs des morceaux de cet album.

Ces touches de heavy metal traversent l’étonnant « You’re The Biggest Thing Since Powdered Milk », au riff puissant et sur lequel Tony Bourge pose de longs soli. L’auditeur se laisse porter par la basse de Burke Shelley qui tisse un mur vrombissant et donne envie de taper du pied.

Plus posées, les deux pièces acoustiques « You Know I’ll Always Love You » et « Riding My Nightmare » évoquent par moments certains titres d’April Wine, ainsi que la vague psychédélique de cette époque. Budgie parvient à rendre ces titres passionnants, en jouant sur différentes intensités et en proposant des lignes vocales de grande qualité.

Enfin, « Parents », la pièce maîtresse de cet album clôt le voyage sur plus de 10 minutes, en mettant en place un pur morceau progressif, construit autour de riffs à la guitare acoustique, tandis que Tony Burke nous délivre des soli d’une grande finesse, à mi-chemin entre le blues et le jazz rock.

Never Turn Your Back on a Friend est un chef-d’œuvre de hard rock propulsé par des compositions inspirées et inspirantes, puisque « Bredfan » va notamment être reprise par Metallica en 1988.

@Denis Labbé




Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongé dans le metal dès l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en écrivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 13

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !