👉 [Chronique] – Océan – Océan II (1981) by Denis Labbé.




1. Aristo
2. À Force De Gueuler !
3. Attention Contrôle !
4. Qu’on Me Laisse Le Temps
5. Rock’n’Roll   
6. Berceuse
7. Louise
8. Dégage

Label : BArclay


Signé sur Barclay, Océan est propulsé sur le devant de la scène rock française après trois albums qui voient une évolution significative du son du groupe.

Ce quatrième album est enregistré à Londres sous la direction de Tim Friese-Green qui a notamment travaillé avec Queen.

Le son est d’ailleurs impeccable pour un groupe de hard rock français de l’époque. Chaque instrument est en place, même si la voix de Robert Belmonte déchire le mixage, soutenue par les riffs distordus de George Bodossian qui assure un mur du son en rythmique.

La face A débute par le brûlot politique « Aristo », un tempo médium qui débute par la basse et la batterie, avant que la guitare ne claque ses riffs et que la voix s’impose.

Véritable étendard des fans en concert, il passe sur les radios périphériques dans les émissions rock, comme l’excellent « Dégage », un rock rapide, au riff sautillant.

La diction et le sens du rythme du chanteur font des merveilles sur ce titre qui symbolise la colère de la jeunesse.

Océan est un vrai groupe de (hard) rock, comme il le revendique dans son titre « Rock’n’Roll », un morceau poignant dont les paroles sont bien plus profondes qu’il n’y paraît au premier abord. Il est un peu le pendant du groovy « À Force De Gueuler ! », un appel à la révolte collective, alors que le précédent est plutôt personnel.

C’est d’ailleurs ce qui est intéressant dans cet album qui parvient à toucher l’auditeur grâce à un mélange d’histoires intimes et de revendications socio-politiques.

Le groupe s’en prend à la police sur « Attention Contrôle ! », au riff blues-rock, alors que l’excellent « Louise » est une ode à une fille qui rend fou le chanteur.

Ce hard-rock, au swing et au feeling certains, possède un refrain simple, mais efficace. Océan explore également le blues, avec le touchant « Qu’on Me Laisse Le Temps ».

Construit sur un riff lancinant, ce morceau accélère et s’épaissit sur le refrain, pour mieux se calmer afin d’offrir un beau solo. Robert Belmonte n’aura malheureusement pas le temps de mener à bout tous ses projets.

Un peu à part, « Berceuse » est une histoire décalée qui tranche avec le reste de l’album, mais qui montre l’humour du groupe. Le rythme est sautillant, avec de gros riffs et des chœurs énormes. S’il n’est pas à mettre entre toutes les oreilles, il montre une autre facette du groupe.

Excellent, mais un peu court, cet album conduit le groupe sur les plateaux de télévision puis en tournée en support d’Iron Maiden pour un mois à travers la France.

Malheureusement, le rachat de Barclay par Polygram qui ne renouvelle pas le contrat du groupe, conduisant à sa séparation.

Les différentes tentatives de reformation ne seront jamais menées à termes avec la formation originelle.

@Denis Labbé





Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongé dans le metal dès l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en écrivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 17

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !