👉 [Chronique] – Saxon – Innocence Is No Excuse (1985) by Denis Labbé.


 Biff Byford (chant)
– Paul Quinn (guitare)
– Graham Oliver (guitare)
– Steve Dawson (basse)
– Nigel Glockler (batterie)


1. Rockin’ Again
2. Call Of The Wild
3. Back On The Streets
4. Devil Rides Out
5. Rock N’ Roll Gypsy
6. Broken Heroes
7. Gonna Shout
8. Everybody Up
9. Raise Some Hell
10. Give It Everything You’ve Got

Label : EMI

Après Crusader, qui marquait déjà une inflexion de sa musique vers le hard rock, Saxon enregistre Innocence Is No Excuse, son premier album pour EMI après sa rupture avec Carrere Records.

Plus policé, avec un son lorgnant vers les productions américaines, ce nouvel opus divise les fans à sa sortie et, plus de trente-cinq ans après, continue à le faire. Véritable pépite pour certains, trahison pour d’autres, il ne laisse pas indifférent.

Dès les premières notes de « Rockin’ Again », l’auditeur se rend compte que le heavy metal qui a porté le groupe jusqu’en 1983 a disparu, laissant place à une musique moins directe, dominée par des mélodies vocales destinées à faire chanter le public et à investir les chaînes de télévision américaines.

Les rythmes médiums sont de rigueur, colorés par des riffs et des ambiances enjouées : le beau « Rock ‘n’ Roll Gypsy » ou le binaire « Everybody Up » qui semble être issu d’un groupe américain.

La voix de Biff Byford s’accorde parfaitement à ces chansons sucrées, comme sur l’entraînant « Back on the Streets » aux arrangements tendant vers l’AOR, le groovy « Devil Rides Out » qui donne envie de chanter et de taper du pied ou le subtil « Raise Some Hell » au cœur duquel on retrouve des motifs présents sur les albums précédents.

Malgré les changements stylistiques du groupe, la qualité de ce ces morceaux est indéniable.

Saxon se révèle particulièrement efficace lorsque le tempo s’accélère, notamment avec l’excellent « Call of the Wild » au refrain fédérateur ou le plus heavy « Raise Some Hell » dont le riff évoque le hard rock australien. Les duels de guitares font plaisir à entendre, tandis que la section rythmique assure une assise impeccable.

Saxon explore des rivages sur lesquels on ne l’attendait pas, comme le boogie de « Give It Everything You’ve Got », aux riffs plaqués et à la batterie épileptique, ou la jolie ballade « Broken Heroes » qui montre que Biff Byford est capable de s’adapter à n’importe quel style.

N’en déplaise à certains, Innocence Is No Excuse est un album réussi, qui propose des chansons imparables, capables de ravir n’importe quel fan de hard rock.

Le groupe extraie trois singles de ce nouvel album. En face B de « Back on the Streets », on retrouve l’inédit « Live Fast Die Young », un titre rythmé, efficace, au refrain efficace. « Krakotoa » atterri étonnamment en face B de « Rock ‘n’ Roll Gypsy ». Plus heavy que les autres morceaux, il s’appuie sur un rythme rapide et de beaux échanges de guitares. Ces deux titres se retrouvent sur la version remasterisée de 2010 en compagnie de quatre titres enregistrés en concert et d’une version remixée de « Back on the Streets ».

@Denis Labbé





Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongé dans le metal dès l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en écrivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 18

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !

1 Commentaire

  1. Ce SAXON est très bon et rien que le merveilleux titre Broken Heroes justifie l’achat de cet album

Les commentaires sont fermés.