👉 [Chronique] – Jessie Lee & the Alchemists – Let it Shine (2021) by Denis Labbé.

5
(18)


1. Another
2. But You Lie
3. You Gotta
4. The Same
5. Let It Shine
6. Sometimes
7. One Only Thing
8. Get Out Of My Head
9. You Took My Mind Away
10. I Don’t Need To Say

Label : Dixiefrog Records

Après un premier album sorti en 2018, Jessie Lee & the Alchemists reviennent avec Let it Shine, publié sur le label Dixiefrog Records, spécialisé dans le blues.

Cette alliance est parfaite pour ce groupe composé de la chanteuse-guitariste Jessie Lee et du guitariste Alexis Didier, les deux co-fondateurs, épaulés par Laurent Cokelaere (basse), Stéphane Minana (batterie) et Laurian Daire (orgue).

Visitant différentes sentes du blues, le quintet nous offre un voyage gorgé de feeling, de mélancolie et de finesse, le tout porté par une technique infaillible, aussi bien dans la mise en place des guitares, que de la section rythmique et de l’orgue comme sur l’original « You Took My Mind Away » aux touches funks.

A cela s’ajoute la voix chaude et sensuelle de Jessie Lee qui colore l’ensemble avec un réel talent et un grain unique. Posez l’oreille sur la soul « But You Lie » pour vous en convaincre.

Cette alliance entre sa voix, les chœurs et ces cuivres prennent l’auditeur aux tripes pour ne plus le lâcher. A mi-chemin entre les chanteuses de la Motown, comme Mary Wells, de rythm’n’blues comme Barbara Lynn et de rock, la voix de Jessie Lee s’accorde à épouse chaque style avec un indéniable talent.

On explore ainsi le blues teinté de rythm’n’blues « Sometimes » habillé par des cuivres au blues électrique rappelant Joe Bonamassa sur le bouillant et excellent « The Same » en passant par le hard rock « You Gotta » propulsé par un riff éclatant, sans jamais perdre en qualité.

L’omniprésence des guitares et la qualité des soli sur les titres les plus électriques nous prouvent que Jessie Lee et Alexis Didier n’ont rien à envier à leurs homologues étrangers.

Les influences du groupe sont multiples, mais parfaitement digérées, puisque la soul s’invite à la fête sur « Let It Shine », mais teintée de rythm’n’blues, avant que le groupe ne nous surprenne avec l’acoustique « I Don’t Need To Say », comme pour revenir aux sources du delta blues.

Ce voyage dans le monde du blues ne serait pas complet sans une incursion dans le boogie avec le remuant et catchy « Get Out Of My Head » qui donne envie de taper du pied, tandis que l’épais « Another » rattache le groupe à cette nouvelle scène portée par des musiciennes comme Ally Venable ou Ghalia Volt qui dynamitent le genre grâce à leur fraîcheur, ce que réalise aussi Jessie Lee & The Alchemists ;

Let it Shine illumine de toute sa classe ce printemps, pour m’offrir un joli coup de cœur. A découvrir sur scène, parce que ça doit déménager.

@Denis Labbé





Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongé dans le metal dès l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en écrivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 18

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !