👉 [Chronique] – Scorpions – Rock Believer (2022) – Dark Métal

4.6
(108)


01. Gas in the Tank
02. Roots in My Boots
03. Knock ‘Em Dead
04. Rock Believer
05. Shining of Your Soul
06. Seventh Sun
07. Hot and Cold
08. When I Lay My Bones to Rest
09. Peacemaker
10. Call of the Wild
11. When You Know (Where You Come From)


 
Klaus Meinelead vocals
Rudolf Schenkerrhythm guitar
Matthias Jabslead guitar
Paweł Mąciwodabass
Mikkey Deedrums
 

SCORPIONS, groupe devenu mythique avec certains albums de référence comme « In Trance », « Virgin Killer », « Lovedrive », « Blackout », « Love At First Sting », et « Crazy World »  certainement leur dernier grand album.

Après 50 ans de carrière et près de 30 ans d’albums globalement décevants, que pouvons-nous espérer de ce 19ème album du combo Germain.

Personnellement, je n’attendais plus grand-chose, mais après l’écoute ce nouvel album, il est évident que le groupe s’est ressourcé et a peut-être profité de cette période de confinement pour réécouter ses anciens albums et se remémorer le bon temps où SCORPIONS faisait parler la poudre et les hits.

D’entrée, nous avons le magnifique titre « Gas In The Tank » Sirène à fond, ça démarre au quart de tour pour ce morceau typique des années 80, un refrain puissant et des riffs qui envoient avec énergie. Mikkey Dee est impérial derrière ses fûts ! 

« Roots In My Boots » un très bon titre aux accents « Blackout » qui ne décevra pas les puristes de l’époque.

« Rock Believer » Un mid-tempo mélodique agrémenté d’un très beau refrain permettant à Matthias Jabs de placer de belles interventions.

« Seventh Sun » Titre clin d’œil à China White ! Frappe lourde sur une trame assez envoutante, ce morceau est aussi une réussite au niveau de la mélodie.

« Shining Of Your Soul », qui rappelle le fameux « Is There Anybody Out There » sur « Lovedrive » et ses accents reggae, démontre que  Scorpions maitrise à merveille le Reggae/Metal !

« Call of the wild » Au rythme assez lancinant et entraînant fini sur une accélération du tempo et des chœurs assez « Stoniens » donnant encore plus de relief à ce titre mélodique.

« When I Lay My Bones to Rest » est un titre assez « Rock N’roll » qui dépote à fond et nous replonge un peu à l’époque Roth ou le groupe était assez friand de ce genre d’approche.

« Peacemaker » excellent riff qui lance un titre énergique et terriblement accrocheur, un des moments fort du l’album, assurément !

« When You Know (Where You Come From) » la ballade de l’album, un des points forts de SCORPIONS, habituellement. En effet, qui n’a pas craqué sur un « Holiday », « When The Smoke Is Going Down », « Still Loving You » ou « Wind Of Change », pour les plus connus ! Hélas « When you Know » n’est pas de ce calibre et se révèle être bien trop sirupeux pour venir concurrencer les hits précédemment cités.

Ma conclusion à cette écoute est qu’il s’agit finalement d’un album assez homogène et réussi, piochant dans leur meilleur répertoire des années 80 voir des années 70 par moment.

Cet album leur permet de revenir enfin aux affaires en démontrant avec énergie qu’ils sont toujours capables de jouer du Hard Rock mélodique et incisif. J’y ai retrouvé de belles rythmiques et des Soli assez inspirés. Mikkey Dee par sa force de frappe et son talent permet de redynamiser la rythmique du groupe.

Mention spéciale à Klaus MEINE, toujours aussi brillant et dont le temps ne semble pas avoir de prise sur ses performances vocales qui forcent le respect.

Au final : « Rock Believer » est un très bon Best Of en quelque sorte mais comparer cet album aux chefs-d’œuvre « Lovedrive » (79), « Blackout » (82) ou « Love At First Sting » (84) me paraît un peu exagéré, l’écriture des titres n’étant tout de même pas du même niveau !

@Dark Métal





How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 4.6 / 5. Vote count: 108

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !