👉 [Chronique] – HERETIC – Breaking Point (1988) by Denis LabbĂ©.

5
(24)

1. Heretic
2. And Kingdoms Falls
3. The Circle
4. Enemy Within
5. Time Runs Short
6. Pale Shelter
7. Shifting Fire
8. Let ’em Bleed
9. Evil For Evil
10. The Search



Mike Howe : Chant
Brian Korban : Guitares
Bobby Marquez : Guitares
Dennis O’Hara : Basse
Rick Merrick : Batterie
 
Label : Metal Blade

Lorsque Heretic arrive sur la scĂšne de Los Angeles, en 1984, le thrash s’est solidement installĂ© et les labels ont puisĂ© dans ce vivier pour en extraire les meilleurs Ă©lĂ©ments.

Metal Blade n’hĂ©site pourtant pas Ă  signer ce jeune groupe et Ă  lui proposer d’ouvrir le volume 7 de ses fameuses compilations Metal Massacre.

Avec « Impulse », Heretic propose un power metal carrĂ©, qui se dĂ©marque au milieu d’une concurrence un peu faible (hors Flotsam & Jetsam, et dans une moindre mesure, Sentinel Beast et Lost Horizon, dans un style vraiment diffĂ©rent).

Si ce titre frappe par sa justesse, ce n’est pas le cas de la voix de Mike Torres, souvent Ă  la limite de la tolĂ©rance.

Le premier album voit donc l’arrivĂ©e de Mike Howe (futur Metal Church) qui apporte une meilleure vitrine Ă  ce power metal carrĂ©, dĂ©vastateur, et dont le titre « Heretic » parvient Ă  recueillir tous les suffrages grĂące Ă  un refrain hypnotique et des riffs monstrueux.

Cette excellente entrĂ©e en matiĂšre Ă©clipse un peu la suite, mĂȘme si « The Circle » se rĂ©vĂšle ĂȘtre une chanson savamment construite, Ă  la subtilitĂ© sans doute trop importante pour l’époque. Car Heretic ne construit pas ses morceaux comme tout le monde.

Cela est Ă©vident sur « And Kingdoms Falls », une dĂ©ferlante power thrash qui Ă©voque
 Metal Church avec un indĂ©niable talent. « Enemy Within » s’inscrit dans cette mĂȘme lignĂ©e, avec son metal saccadĂ©, aux nombreux changements de rythmes qui amĂšnent Ă  un refrain rĂ©duit Ă  sa plus simple expression, mais que viennent rehausser des guitares inspirĂ©es.

En quatre titres, Heretic prouve tous son talent mais, aussi, une capacité à proposer des compositions en avance sur leur époque.

En effet, « Time Runs Short » annonce ce qu’Iced Earth ou Kamelot vont nous pondre des annĂ©es plus tard, Ă  savoir un power metal jouant sur une atmosphĂšre sombre plutĂŽt que sur le dĂ©ferlement de notes.

La face B dĂ©bute par « Pale Shelter », un instrumental plein de nuances qui tranche avec le reste de l’album. Sa place Ă  cet endroit surprend, surtout lorsque dĂ©boule le puissant « Shifting Fire » au riff thrash qui permet le dĂ©veloppement de duels de guitares inspirĂ©s.

Mais ce n’est rien Ă  cĂŽtĂ© de la fureur de « Let’em Bleed », un speed metal emmenĂ© par des riffs tourbillonnants qui laissent peu de place au chant et vont en crescendo jusqu’à ce que la voix hallucinĂ©e de Mike Howe chante le refrain. A cĂŽtĂ© de ce dĂ©ferlement, « Evil For Evil » apparaĂźt comme un titre gentillet, alors qu’il fait la part belle aux solos de guitares et Ă  un riff percutant.

On saisit alors toute la subtilitĂ© d’un groupe qui peaufine ses compositions, les cisĂšle, afin d’en sortir le meilleur. « The Search » clĂŽt alors cette Ɠuvre nuancĂ©e en laissant un goĂ»t de trop peu.

Son rythme lent, ses changements de rythmes et la voix de Mike Howe tourbillonnent encore dans nos oreilles alors que le vinyle ne tourne plus.

Avant mĂȘme la parution de l’album, Metal Church arrache Mike Howe Ă  Heretic qui, malgrĂ© l’arrivĂ©e d’un nouveau chanteur, doit jeter l’éponge.

Korban et O’Hara rejoignent l’annĂ©e suivante Reverend dont le chanteur n’est autre que David Wayne, ex-Metal Church.

Heretic se reforme en 2011 sous l’instigation de Korban, avec de nouveaux musiciens et sort deux albums.

@Denis Labbé



Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongĂ© dans le metal dĂšs l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en Ă©crivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 24

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !