👉 [Chronique] – Anzeria – Holy Defy (2021) by Denis LabbĂ©.

5
(26)


1. Web of Lies
2. The World’s Rising
3. Holy Defy
4. Yokluktan Önce
5. Hour of Reaper
6. Kangren
7. Kayboldum
8. Medusa
 
Label : Autoproduit

N’en dĂ©plaise Ă  certains, le dĂ©veloppement des nouveaux moyens numĂ©riques de communication et de production permette de nos jours Ă  de nombreux groupes d’émerger aux quatre coins du monde, enrichissant le metal de nouvelles influences. Anzeria nous vient de Turquie, ce qui s’entend Ă  travers les diffĂ©rents Ă©lĂ©ments orientaux qui colorent les mĂ©lodies vocales et les arrangements des huit morceaux composant ce premier album.

MenĂ© par la chanteuse Damla Kayıhan, au joli timbre de voix, Anzeria dĂ©veloppe un metal symphonique qui lorgne sur le power metal : « Hour of Reaper Â», grĂące Ă  des guitares puissantes et des riffs cinglants, ainsi qu’un vĂ©ritable sens de la dramaturgie comme sur « Web of Lies Â» qui nous entraĂźne dans un voyage.

Si les lignes vocales sont rĂ©solument mĂ©lodiques, elles n’empruntent pas toujours des tonalitĂ©s lyriques et privilĂ©gient souvent des touches folkloriques comme sur « Holy Defy Â», tout en se permettant quelques incursions dans le metal extrĂȘme grĂące Ă  l’apport de growls masculins : « The World’s Rising Â».

Le chant en turc sur certains morceaux apporte une rĂ©elle personnalitĂ© et originalitĂ© Ă  la musique d’Anzeria, sans pour autant devenir inaccessible. « Yokluktan Önce » est une magnifique chanson, pleine de mĂ©lancolie, qui accĂ©lĂšre soudain pour dĂ©velopper une ambiance orientale du plus bel effet.

Plus douce, la magnifique complainte « Kayboldum » mĂ©rite Ă  elle seule l’achat de cet opus. Il en va de mĂȘme pour « Kangren » dans laquelle les influences turques sont encore plus flagrantes, soutenues par des claviers et des chƓurs aux sonoritĂ©s surnaturelles.

Pleine de finesse et de nuances, la musique d’Anzeria se dĂ©marque de ce qu’on peut avoir l’habitude d’entendre et parvient Ă  faire la synthĂšse entre les musiques orientales et occidentales, ainsi que le prouve « Medusa Â», un titre puissant, aux riffs percutants qui soutiennent des Ă©changes vocaux entre une voix lyrique et des growls.

Holy Defy est un album Ă  dĂ©couvrir, pour ceux qui ont l’esprit ouvert et dĂ©sirent trouver une alternative Ă  tous ces groupes encensĂ©s par une critique qui ne va pas souvent voir plus loin que ce qu’on lui offre Ă  chroniquer.

@Denis Labbé




Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongĂ© dans le metal dĂšs l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en Ă©crivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 26

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !