👉 [Chronique] – Manowar – Kings Of Metal (1988) – Denis LabbĂ©.

4.4
(57)

1. Wheels of Fire
2. Kings of Metal
3. Heart of Steel
4. Sting of the Bumblebee
5. The Crown and the Ring (Lament of the Kings)
6. Kingdom Come
7. Pleasure Slave
8. Hail and Kill
9. The Warrior’s Prayer
10. Blood of the Kings


Label : Atlantic

SixiĂšme album du groupe, Kings Of Metal marque la fin d’une Ă©poque puisque le guitariste Ross « The Boss » et le batteur Scott Columbus quittent la formation peu de temps aprĂšs la sortie de cet opus jusqu’au-boutiste. Puissant, Ă©pais, gorgĂ© de riffs efficaces, Kings Of Metal est l’apogĂ©e de la discographie du groupe tout en montrant dĂ©jĂ  les prĂ©mices d’une autoparodie.

Il suffit pour s’en convaincre d’écouter « Pleasure Slave » que le wokisme actuel brĂ»lerait sur un bĂ»cher alimentĂ© par des sous-vĂȘtements ou les paroles de l’éponyme « Kings Of Metal » : « Other bands play, Manowar kills ».

Les fans du groupe n’en ont cure puisqu’ils en font un disque d’or aux Etats-Unis et soutiennent la formation dans tous ses excĂšs. SignĂ© par Atlantic, le groupe peut dĂ©velopper ses thĂšmes prĂ©fĂ©rĂ©s : le courage avec le poignant « Heart of Steel Â», les Ă©popĂ©es guerriĂšres portĂ©es par des cavalcades Ă©piques comme sur l’énorme « Blood of the Kings Â» qui permet de remercier les fans de tous les pays et le furieux « Wheels of Fire Â» au riff Ă©pileptique qui ouvre le combat.

Chaque titre est un hymne au heavy metal dont il est aisĂ© de reprendre les refrains : le martial « Kings of Metal Â» soutenu par des chƓurs Ă©voquant des fans en concert ou l’entĂȘtant « Hail and Kill Â» au riff mĂ©lodique qui tranche avec les chƓurs guerriers. Ces deux morceaux, co-signĂ© par Ross Friedman prouvent l’importance qu’avait le guitariste dans le groupe qui ne sera plus le mĂȘme aprĂšs son dĂ©part.

Ce moment charniĂšre est aussi marquĂ© par une grandiloquence qui ne fera que s’accentuer sur les albums suivant. Ainsi « The Crown and the Ring (Lament of the Kings) Â» nous offre une composition digne d’une bande originale de film de fantasy, tandis que « Kingdom Come Â» s’inscrit dans la lignĂ©e des morceaux binaires du groupe avec son rythme lancinant et son refrain simpliste.

Le groupe se perd nĂ©anmoins quelque peu en proposant un titre narrĂ© et cinĂ©matographique « The Warrior’s Prayer Â» et dans la volontĂ© de Joey DeMaia d’en mettre une nouvelle fois plein la vue et les oreilles Ă  ses dĂ©tracteurs en proposant « Sting of the Bumblebee Â» inspirĂ© par le « Vol du Bourdon Â» de Rimsky-Korsakov.

Disque essentiel dans la discographie du groupe, mĂȘme s’il n’égale pas Hail To England, Kings Of Metal est un des albums majeurs de cette annĂ©e 1988.

@Denis Labbé




Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongĂ© dans le metal dĂšs l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en Ă©crivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 4.4 / 5. Vote count: 57

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !