👉 [Chronique] – Giant – Shifting Time (2022) – Denis Labbé.

4.4
(65)


“Shifting Time”
“Let Our Love Win”
“Never Die Young”
“Don’t Say A Word”
“My Breath Away”
“Highway Of Love”
“It’s Not Over”
“The Price Of Love”
“Standing Tall”
“Anna Lee”
“Don’t Wanna Lose You”
“I Walk Alone”


Kent Hilli – Lead Vocals
John Roth – Guitar
Mike Brignardello – Bass
David Huff – Drums
Special Guest:
Alessandro Del Vecchio – Keyboards, Background Vocals


Label:Frontiers
Date de Sortie: Dispo

Après douze longues années de silence et un nouveau changement de chanteur, Giant nous propose ce cinquième album studio qui risque de diviser la critique.

D’un côté, les fans de la première heure ne vont pas reconnaître le groupe des deux premiers albums et de l’autres les amateurs de rock mélodique vont adorer ces chansons portées par la voix de Kent Hilli, le chanteur de Perfect Plan.

Le débat est donc lancé, car malgré les interventions lumineuses de John Roth, le son et le style s’éloignent bien trop des débuts du groupe. Les morceaux eux-mêmes ne s’inscrivent pas dans ce que Giant nous proposait à cette époque révolue.

Si « Highway Of Love » est porté par un gros riff, que « Let Our Love Win » nous cueille par son groove irrésistible et que « Standing Tall » est un hymne capable de soulever des stades, le reste de l’album est moins puissant, plus consensuel.

Sans doute devons-nous mettre ça sur le compte du trio Alessandro Del Vecchio, Kristian Fyhr, Pete Alpenborg qui a composé une bonne partie des morceaux, car il faut l’avouer, David Huff ne semble plus à la barre artistique du navire, laissant les rênes à Frontiers.

Malgré ce constat, l’album tient la route, même lorsque le groupe se lance dans les habituelles ballades prisées par le label : « Anna Lee », « It’s Not Over » et « I Walk Alone ».

Kent Hilli s’en sort d’ailleurs à merveille, grâce à une vraie capacité d’adaptation, comme il le montre aussi sur les petites douceurs FM que sont « Never Die Young » (qui renvoie à Journey), « The Price Of Love » (qu’aurait pu chanter Foreigner) ou « Don’t Wanna Lose You » (dans la lignée de Survivor).

Rien n’est à jeter, mais on peut s’étonner du manque de personnalité de titres comme « The Price Of Love » et « Don’t Wanna Lose You » (aux faux airs de Rainbow) qu’une bonne quinzaine de groupes du label auraient pu interpréter…

Shifting Time est un bon album, mais ce n’est pas un album de Giant, il est trop lisse, trop préfabriqué.

@Denis Labbé




Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongé dans le metal dès l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en écrivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 4.4 / 5. Vote count: 65

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !