👉 [Chronique] – Metallica – Kill’ em All (1983) by Denis LabbĂ©.

5
(24)


1. Hit the Lights
2. The Four Horsemen
3. Motorbreath
4. Jump in the Fire
5. (Anesthesia)—Pulling Teeth
6. Whiplash
7. Phantom Lord
8. No Remorse
9. Seek & Destroy        
10. Metal Militia

Label: Megaforce / Music For Nation

RepĂ©rĂ© par le label Megaforce grĂące Ă  sa dĂ©mo « No Life ’til Leather », Metallica entre en studio Ă  Rochester avec le producteur Paul Curco pour enregistrer ce premier album.

InfluencĂ© par la New Wave Of British Heavy Metal qu’admire le batteur Lars Ulrich et par les diffĂ©rents groupes dont proviennent les musiciens qui forment alors Metallica, ce premier opus provoque une vraie dĂ©flagration dans le monde du metal.

Cet album propose une musique rapide que l’on appelle encore speed metal, le terme thrash n’apparaĂźtra qu’en fĂ©vrier 1984 sous la plume de Malcolm Dome, un journaliste du magazine Kerrang, en rĂ©fĂ©rence au premier album d’Anthrax.

« Hit the Lights Â», le premier morceau, dĂ©jĂ  apparu sur la compilation Metal Massacre, mais avec un line-up bien diffĂ©rent, allie riffs ultra rapides, voix dĂ©chirĂ©e et batterie Ă©pileptique, pour une revisite dĂ©jantĂ©e de ce que Tygers of Pan Tang jouait Ă  l’époque, avec une Ă©nergie punk que l’on retrouve Ă©galement dans le furieux « Motorbreath Â», pas exempt d’imperfections, mais tellement frais et enjouĂ©, avec sa batterie Ă  contre-temps et ses riffs tourbillonnants, que tout cela ne se remarque qu’à peine.

Plus consistant, mais toujours aussi rapide, « Whiplash » joue sur une rĂ©pĂ©tition du mĂȘme motif que l’on retrouve dĂ©jĂ  dans des titres Motörhead, nous montrant toutes les influences de la paire Ulrich et Hetfield.

(Il est à noter que le groupe britannique fera une reprise de ce titre en 2005 pour l’anthologie Metallic Attack: The Ultimate Tribute).

L’Angleterre est omniprĂ©sente sur ce premier album, notamment grĂące aux penchants du groupe pour le punk, comme c’est Ă©vident sur « No Remorse », un cri que l’on retrouve d’ailleurs chez pas mal de formations du genre.

Le riff simple, le changement de rythme avant le refrain et ce chant hurlĂ© sont caractĂ©ristiques du genre jusqu’à l’emballement final. « Metal Militia », le final de cet opus, est aussi fortement ancrĂ© dans le punk avec ce chant Ă  la limite de la justesse, cet Ă©cho un peu maladroit et ce refrain simpliste qui claque comme des coups de fouet.

La basse, que l’on entend assez peu sur le mixage d’origine, est nĂ©anmoins au premier plan sur ce morceau propulsĂ© par un riff tourbillonnant. Elle trouve toute sa place sur l’instrumental « (Anesthesia)—Pulling Teeth » entiĂšrement jouĂ© par Cliff Burton.

A y regarder de prĂšs, une Ă©vidence s’impose. Les titres les plus complexes et les mieux construits, sont tous co-signĂ©s par Dave Mustaine, remplacĂ© avant cet album par un Kirk Hammett qui allie les soli ultra rapides et parfois un peu rĂ©pĂ©titifs d’un morceau Ă  l’autre.

Mais sa fougue et sa justesse technique gomment tout cela. La patte Mustaine est ainsi prĂ©sente sur l’abouti « The Four Horsemen », ralenti par rapport Ă  la version « The Mechanix » que proposera son groupe Megadeth par la suite.

L’influence du heavy metal amĂ©ricain est prĂ©sente, notamment dans son caractĂšre Ă©pique et un sens du groove des riffs.

Dans le mĂȘme style, « Jump in the Fire » est basĂ© sur un tempo mĂ©dium qui Ă©voque Iron Maiden, mais avec un riff groovy trĂšs amĂ©ricain.

DĂ©jĂ  prĂ©sent sur leur dĂ©mo de 1982, c’est l’un des plus vieux morceaux composĂ©s par le groupe. Il paraĂźtra sur un EP trois titres avec « Seek & Destroy » et « Phantom Lord ».

Ce dernier, co-écrit aussi par Mustaine, emprunte sa folie à un groupe tel que Raven, tout en étant structuré comme une composition de Diamond Head, nous montrant bien que le groupe se cherche encore.

Cela est criant sur « Seek & Destroy Â», un des morceaux emblĂ©matiques de ce premier album qui doit autant Ă  Saxon qu’à Diamond Head, avec ce chant hurlĂ© et ces riff qui donnent envie de secouer la tĂȘte en cadence.

A la surprise de beaucoup, l’album entre dans les classements de nombreux pays et dĂ©passe les trois millions de ventes rien qu’aux Etats-Unis.

Plusieurs versions remasterisĂ©es sortent par la suite. En 1988, les reprises de Diamond Head « Am I Evil ? » et Blitzkrieg « Blitzkrieg » complĂštent l’album.

En 2016 paraĂźt une Delux edition de six CD, ajoutant Ă  la version de 1988, l’EP « Jump in the Fire », un live Ă  l’Espace Balard en 1984, un CD de rough mix et deux autres concerts. Un coffret Ă  possĂ©der absolument.

@Denis Labbé





Denis Labbé
Chroniqueur
A propos :  Ecrivain et chroniqueur, Denis a plongĂ© dans le metal dĂšs l’adolescence. Il a vite compris qu’il faisait moins de bruit en Ă©crivant qu’en chantant.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 5 / 5. Vote count: 24

No votes so far! Be the first to rate this post.

Related Posts

Get The Vinylestimes APP !